Colombie

colombie flag

  • Capitale : Bogota
  • Population : 49 100 000 habitants
  • Superficie : 1 141 748 km²
  • Devise : Peso Colombien (COP)
  • Langues : Espagnol
  • Activités économique : Or,pétrol, charbon, café, principale source d’émeraude au monde, charbon, nickel, argent, hydroélectrique, gaz, tourisme, agriculture, chimie

   Histoire

   La Colombie couvre aujourd’hui un territoire qui était, à l’origine, habité par des peuples autochtones dont les Muiscas, les Quimbayas et les Tayronas.

     Les Espagnols arrivent en 1499 (Antonio de Lebrija) et lancent une colonisation aboutissant à la création du royaume de Nouvelle-Grenade (Colombie, Vénezuela, Equateur, Panama et Nord Ouest du Brésil) avec pour capitale Bogota.

   L’indépendance de la Colombie est acquise en 1819 (Simon Bolivar proclame la république) mais en 1830, la Grande Colombie s’effondre avec la sécession du Venezuela et de l’Equateur. Le Panama fait sécession en 1903 à la suite de la guerre des Mille jours (1899-1902)

       La Colombie est ethniquement diverse. L’interaction entre les descendants des premiers habitants indigènes, les colons espagnols, les populations africaines déportées dans le pays comme esclaves et l’immigration du xx ième siècle venue d’Europe et du Moyen-Orient, a produit un patrimoine culturel varié.

    Depuis les années 1960, l’Armée nationale colombienne, les insurgés de gauche (FARC, ELN) et les paramilitaires sont engagés dans le plus long conflit armé du continent alimenté par le narcotrafic qui a pris son essor dans les années 1980.

      Depuis 2010, la violence a diminué, avec quelques démobilisations des groupes paramilitaires dans le cadre d’un processus de paix controversé et les guérilleros ont perdu le contrôle d’une grande partie du territoire qu’ils dominaient autrefois.

   Dans le même temps le taux d’homicide colombien a presque diminué de moitié entre 2002 et 2006.

        Grâce à une politique d’éradication des cultures, la Colombie, premier producteur mondial de cocaïne pendant de nombreuses années, est maintenant largement considérée comme étant au deuxième ou troisième rang.

   Mon voyage en Colombie s’est passé du 2 septembre jusqu’au 3 octobre et j’ai eu la chance de visiter différentes régions.

Bogota

   Me voilà à présent à Bogota ! Capitale de la Colombie et je loge chez Jason, un New Yorkais qui vit ici depuis presque 2 ans. Je me trouve exactement près du centre historique « La Candelaria ». Où l’on peut se balader sur la « Plaza Bolivar »  bordée par une église et le « Palacio National ». Je visite aussi le musée de Fernando Botero, très célèbre aquarelliste et sculpteur colombien réputé pour ses personnages aux formes rondes et voluptueuses. Puis passage obligé par « El Churro », avec la fontaine et les nombreux bars où l’on peut goûter au « Guaro »: diminutif d’Aguardiente, l’alcool colombien par excellence.

   Logeant juste en face du « Montserrate », dès le lendemain, je pars grimper cette petite montagne. Départ à 2600m d’altitude et point culminant à 3100m où l’on peut observer le panorama de la ville de Bogota. D’ailleurs cette randonnée est un chemin de pèlerinage et mène jusqu’à l’église qui culmine au sommet. Une belle ballade avec des jolis points de vue.

   Pour la dernière journée à Bogota, je visite le musée de l’or, réputé dans toute l’amérique latine. Le soir, Jason m’invite à manger avec sa femme. Une belle rencontre à Bogota, j’ai bien sympathisé avec eux. Pour la petite histoire, Jason est un américain qui a fait un burn out au cours de sa vie professionnelle New Yorkaise. Il a vécu plusieurs années à Hawaï et maintenant la Colombie. Actuellement, il a le projet d’acheter une maison en montagne afin de louer des chambres, cultiver et vendre des produits locaux. Une rencontre très intéressante !

Salento

   Aujourd’hui, direction Salento ! Petit village en montagne en plein dans la zona « cafetera » (Eje Cafetero) et où on peut visiter la vallée de Cocora. Sur la route, je fais la rencontre de Marie Cécile et Jérôme, un couple français qui voyage en Colombie. On sympathise et on passera une semaine ensemble.

   Dès le premier jour, on part pour la fameuse « Vallée de Cocora ». Au programme, une belle randonnée de 13km mêlant rivières,  jungle, montagnes, oiseaux et palmiers. Cette vallée est très connue pour ses paysages et les nombreux palmiers de cire. C’est un emblème de la Colombie qui figure même sur les billets de 100 000 COP.

   Ce matin, nous partons visiter une plantation de café. On a choisi la « Finca Momota » car c’est une petite entreprise de seulement 2 ans et qui pratique la permaculture. Petite structure mais privilégiant la qualité, ce café n’est pas exporté et est seulement consommé sur place. Il existe deux sortes de café, l’arabica et le robusta. L’arabica est cultivé en Amérique du Sud, le robusta plutôt en Asie.  Dans la plantation, on retrouve des plants d’arabica et des hybrides.

   S’agissant de permaculture, de nombreuses plantes et arbres poussent autour des plants de café. Et ces derniers ne sont pas choisis au hasard mais protègent et favorisent les plants. Par exemple, il y a de nombreux bananiers qui apportent du potassium, des bambous afin d’irriguer, des mandariniers et de nombreuses autres espèces.

   Puis on découvre comment le café est torréfié. En effet selon la torréfaction, le café est complétement différent. Des grains marron claires, lorsqu’il est torréfié à moitié et noirs,lorsque le processus dure plus longtemps. Il faut être vigilant à ne pas brûler les grains également. Aussi, on peut produire un café sucré que l’on appelle ici « Honey ». A l’intérieur d’un grain de café se trouve une fine pellicule blanche de sucre qui après torréfaction caramélise le grain.

   Et enfin, place à la dégustation, mais pas n’importe comment ! Afin de bien préparer le café, certaines règles sont indispensables. Tout d’abord, la quantité de café par personne est de 15gr de grains pour environ 60ml d’eau. Après avoir moulu les grains, on les verse dans une cafetière à piston (french press). L’eau ne doit pas être versé dans le café bouillante mais il est recommandé d’attendre 5min après avoir bouilli l’eau. On verse ensuite un peu d’eau dans la cafetière puis on mélange le café avec l’eau. (ne pas verser toute l’eau dans la cafetière directement) Une fois que le café est gorgé d’eau, on peut verser l’intégralité de l’eau. Et on attend 4min afin d’infuser le café pour pouvoir enfin le filtrer grâce au piston de la cafetière. Avant de verser le café dans les tasses, on verse de l’eau chaude dans les tasses afin de les réchauffer, puis on jette l’eau. Maintenant, on peut enfin verser le café dans les tasses et savourer ce délicieux breuvage. Je ne suis pas amateur de café et donc j’ai aucune connaissance mais je dois avouer que ce café était vraiment délicieux !!! On a goûté deux cafés torréfiés de manières différentes, un vrai délice pour les papilles.

   On passe ensuite la journée à visiter la ville de Salento et on monte jusqu’au mirador. Le soir, on mange une « Bandeja Paisa », un plat typique colombien composé d’oeufs, saucisses, poulet, boeuf, porc, haricots rouge, riz, banane plantain et un avocat.

Jardin

    Et puis, on reprend la route direction « Jardin ». Situé entre Salento et Medellin, ce village est connu pour sa nature et ses nombreuses randonnées. Le terrain de jeu parfait pour moi !  Loin de la masse des touristes, ici on est plongé en plein coeur de la Colombie. Ce village se nomme « Jardin » et on comprend très vite pourquoi. C’est un véritable jardin à ciel ouvert !  Les paysages, la faune et la flore sont vraiment magnifiques.

   Ici, je suis accueilli par Violetta, qui me fait visiter le village. Elle me propose même d’aller faire une petite randonnée au levé du soleil , super sympa ! Réveil matinal donc et direction les collines de Jardin où l’on peut observer des cascades et de très beaux paysages. Ensuite, je passe la journée avec Jérôme et Marie et on se balade partout dans les alentours.

   Pas évident se rendre à Jardin en venant de Salento mais « Vale la pena » (bus de Salento à Pereira et ensuite de Pereira à Riosucio et enfin de Riosucio à Jardin). Les paysages sont vraiment sublimes ici, je suis en train de tomber amoureux de ce pays !  Les gens sont charmants, les paysages variés, beaucoup de nature et de végétation, ce pays a énormément à offrir.

   Le lendemain, on part pour faire une randonnée nommée « El salto del Angel » que mon hôte m’a vivement conseillé. Et là, on a passé une journée magnifique !  7h de marche à travers la jungle, la montagne, à grimper à des cordes, franchir des ponts et fuir les taureaux qui nous chargent. Une très belle randonnée avec un bon groupe, je me suis régalé ! Notre guide est un ancien militaire qui a beaucoup d’expérience dans la jungle et la survie. Au déjeuner, il nous raconte son histoire dans l’Amazonie où il s’est perdu pendant 22 jours et est passé près de la mort, impressionnant !

   Jardin m’a définitivement conquis. Ce village a beaucoup de charme et j’adore l’environnement. Maintenant, direction Medellin, cette ville très connue pour son extrême violence pendant les années 80/90 avec Pablo Escobar.

Medellin

A Medellin, je visite la place Bolivar, le musée botera et le quartier « Poblado ». Après quelques jours, je change de secteur et je vais vivre dans le quartier de « Laureless ». Un quartier que j’ai beaucoup aimé à Medellin.

   J’en profite aussi pour aller à Guatapé. Très connu pour la fameuse « Piedra Del Penol » où l’on peut profiter d’un magnifique panorama à son sommet. La vue et les paysages sont vraiment beaux, c’est un incontournable en Colombie. Le village de Guatapé a également beaucoup de charme avec ses maisons aux différentes couleurs.

Carthagène

   De Medellin, je me dirige cette fois ci au nord de la Colombie, direction Carthagène sur la côte caraïbe. On me l’avait déconseillé comme endroit et c’est vrai que je n’ai pas été conquis non plus. Le centre historique est sympa dans les remparts mais dès qu’on sort un peu dans les alentour, il n’y a aucun intérêt.

Santa Marta

   Après cette escale, je vais cette fois encore plus au Nord et plus précisement à Santa Marta. Petite ville très touristique en bordure des caraïbes et au climat tropical. Le point d’intérêt principal ici est le parc Tayrona. Proche de Santa Marta, il est possible de se rafraîchir en montagne dans la petite commune de Minca qui est très réputée. Le parc Tayrona est vraiment magnifique ! Petite randonnée dans la Sierra Nevada entre jungle et plage de sable blanc, paradisiaque… Dans le parc, on peut accéder à deux principales plages, « La Piscina » et « Cabo San Juan ».

   Je voulais profiter de mon séjour à Santa Marta pour faire le mythique trek de la « ciudad perdida » mais malheuresement pour moi, il est fermé pour le mois de septembre car la population indigène organise des rites dans la jungle.

El Cocuy

   Voulant absolument faire un trek avant mon départ de Colombie, je choisis de rejoindre le petit village de El Cocuy dans la région de Santander, en haute montagne. Très peu connu des touristes, ce village est très proche du parc national « Sierra Nevada Del Cocuy ».

   De Santa Marta, c’est très compliqué de se rendre à El Cocuy. En effet, j’ai pris un bus de nuit pour rejoindre Bucaramanga. Arrivé aux aurores, je prends un bus direction Malaga et de là, on me dit qu’il est facile de rejoindre Capitanejo pour ensuite finir par El Cocuy. Malheuresement j’arrive trop tard à Malaga et je ne peux pas prendre la correspondance. Je passe donc une nuit à Malaga et le lendemain je reprends la route. Finalement, je prends un bus direction Soata et j’ai une correspondance à 16h pour rejoindre El Cocuy. Le bus ayant du retard, j’ai manqué ma correspondance de 15 min… Heureusment pour moi, une colombienne veut se rendre à San Mateo, village proche de El Cocuy. Elle demande à un chauffeur de taxi s’il est possible qu’il rattrape le bus que l’on a manqué de 15min. Ni une, ni deux, nous voilà dans un taxi slalomant à fond dans la montagne afin de rattraper le bus. Mission réussie, au bout de 30min, on finit par rattraper le bus.

   J’arrive enfin à El Cocuy après être parti de Santa Marta 48h auparavant. A peine sorti du bus, je suis accueilli par Giovanni, guide que j’avais contacté afin d’organiser le trek. J’ai également fait la rencontre de Manuel, un allemand qui voyage en Colombie. Quel accueil ! Giovanni nous invite à boire un café et nous montre la carte du parc naturel où l’on va randonner. Notre seul problème est qu’il faut qu’on trouve d’autres personnes afin de pouvoir faire le trek de 3 jours. Finalement le lendemain, on fait la rencontre d’un autre français dans notre hostel qui est d’accord pour se joindre à notre groupe. Nous allons donc nous enregistrer auprès de l’office du tourisme du parc et nous devons également souscrire à une assurance. (61 000 COP l’enregistrement + 7000 COP l’assurance). Ce parc est très protégé et exige certaines restrictions. Par exemple, il n’est pas possible de camper dans le parc à 5000m, il faudra que l’on passe la nuit dans la vallée à 3600m. Ce parc est peuplé par des communautés indigènes et seulement trois sentiers sont accessibles. Par ailleurs, il y a 3 ans, le parc était complétement fermé car afin de préserver l’environnement. Il risque d’ailleurs de refermer dans les années à venir.

   Le premier jour, on fait l’ascension du « Pulpito del Diablo » qui culmine à 5200m. On ira jusqu’à son pied à 4950m. Belle randonnée de 23km avec 1100m de dénivelé positif et de merveilleux paysages. J’ai beaucoup aimé cette journée ! Le soir, on dort dans une auberge dans la vallée, « l’esperenza » et notre hôte est « Don Carlos ».

   Deuxième jour, on fait une randonnée un peu plus simple « Laguna Grande de la Sierra ». Pour une distance de 16.54km allez retour, 1000m de dénivelé jusque 4600m d’altitude. Malheuresement, la météo n’était pas clémente ce jour là et on n’a pas vu grand chose de la lagune.

   Et le dernier jour, on finit par « Pico Ritacuba Blanco », un magnifique glacier à 5300m d’altitude (point culminant du parc). Seulement 12km mais quand même 1000m de dénivelé et jusqu’à 4900m d’altitude. Des paysages à couper le souffle ! La Colombie a vraiment beaucoup à offrir, c’est tellement varié !

   Et voilà comment se termine mon magnifique voyage en Colombie ! Je finis par Bogota, 2 jours et ensuite m’envole pour Rio de Janeiro. J’ai vraiment adoré la Colombie et j’ai même du mal à partir, un mois de plus ici aurait été parfait… Ce pays est tellement vaste et varié. Différentes cultures, dialectes, paysages, c’est très riche. Et les gens sont tellement charmants ! J’ai fait de magnifiques rencontres ici, c’était vraiment génial !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s