Argentine

Argentina

  • Capitale : Buenos Aires
  • Devise Nationale : En Union y Libertidad
  • Population : 44 293 293 habitants
  • Superficie : 2 791 810 km2
  • Devise : Peso Argentin (ARS)
  • Langues : Espagnol, Guarani à Corrientes, Toba, Qom, Mocoví et Wichi dans Chaco
  • Activités économique : richesse agricole, céréales, industries, mines (or, argent, cuivre, fer, zinc, uranium, lithium), viandes, vignobles

Histoire

Un grand nombre de tribus indigènes peuplait l’Argentine avant la conquête espagnole comme les Diaguitas, Pampas, Chonks, Qoms, Wichi et Selknam.

En 1516, Juan Diaz de Solis découvre le Rio de la Plata. Le pays est colonisé par les espagnols en le XVI et le XVII siècle.

Des mouvements d’opposition contre la métropole espagnole apparaissent à l’aube du XIX siècle. Dès 1810 avec la révolution de Mai (25 mai 1810) les Argentins deviennent indépendants de fait.

L’Argentine est un pays industrialisé souvent considéré comme émergent même si certains organismes ne reconnaissent pas cette définition, le pays ayant été un des plus riches de la planète jusqu’au début du xxe siècle mais étant souvent frappé par des crises économiques comme en 1989 ou en 2001. L’Argentine fait partie du G20. Souffrant d’inflation et de difficultés financières, le pays doit souvent faire appel aux organisations économiques internationales tel que le FMI.

L’Argentine est la deuxième puissance économique d’Amérique du Sud derrière le Brésil en termes de PIB nominal.

De nos jours, l’Argentine traverse une nouvelle crise financière et le peso s’effondre (95% de dévaluation vis-à-vis du billet vert). La devise argentine a perdu près de 50% en cinq mois.

Les causes principales sont :

  • La hausse des taux d’intérêts aux Etats-Unis
  • L’inquiètude qui gagne les entreprises et particuliers d’Amérique latine à cause de la conjoncture économique font que ces derniers achètent des dollars, la monnaie refuge. Ainsi le cours du peso en pâtit
  • L’inflation, prévue à +30/35% cette année. La hausse des prix constitue une cause directe de la dépréciation du peso
  • Le déficit budgétaire continue à poser un problème de financement de l’état provoquant une vulnerabilité du marché des changes. En échange de l’aide internationale du FMI, Buenos Aires s’est engagé à réuidre ce déficit à 2,7% cette année. La dette publique, quant à elle, a explosé (142 milliards de dollars de nouvelles dettes en deux ans), mais à 30% du PIB, elle reste viable selon le gouvernement argentin

Et maintenant, me voilà en Argentine ! J’ai tellement d’attentes sur ce pays… Les lieux de mes rêves sont ici. En effet, je compte me concentrer sur le sud de l’Argentine, Ushuaia, la Patagonie, Puerto Natales et Torres del Paine (c’est du côté Chilie), El Calafate, Perito Moreno, El Chalten… Sûrement des noms qui n’évoquent rien pour vous mais moi rien que de les prononcer, j’en ai des frissons ! C’est le paradis des amoureux de nature, des trekkeurs, des montagnes et des paysages de folies qui pour moi font partie des plus beaux paysages au monde.

Puerto Iguazu

J’avais déjà pris une claque côté brésilien en voyant les chutes d’Iguazu mais alors là j’ai plus les mots pour décrire le spectacle auquel j’ai assisté. C’est magique, un rêve ! On se demande même si c’est réel. Une très belle journée, mon voyage ici commence très bien.

Les chutes d’Iguazu en chiffres :

  • 275 chutes d’eau
  • Un front de 3km de long
  • Un débit allant jusqu’à 6 millions de litres d’eau par seconde
  • La garganta del diablo fait 80 mètres de haut

Ushuaïa – Terre de Feu

Le lendemain, départ pour Ushuaïa ! Pas évident de rejoindre le bout du monde…En effet, c’est une île et il est impossible de passer par la route sans passer par le Chili. Heureusement, il y a l’avion mais les prix sont prohibitifs. Pas le choix, je m’envole donc vers Buenos Aires où j’arrive à 16h et mon prochain vol est à 4h du matin. Une nuit dans mon sac de couchage à l’aéroport s’impose !

Me voici enfin à Ushuaïa et déjà de l’avion j’ai un petit aperçu sur ce qu’il m’attend, de magnifiques paysages montagneux ! Les températures sont beaucoup plus fraîches, entre -4 et 5 degrés mais je vis mon rêve alors le froid m’importe peu…

La région d’Ushuaïa se situe dan les terres de feu, dénommé ainsi lorsque des explorateurs européens ont approchés les côtes et pouvaient apercevoir le feu que faisait la population autochtone sur les terres. Cette province se nomme aussi « Fuegina » et j’ai également appris que « El calafate » est un fruit, moi qui pensais que c’était juste une ville…

Ici les plats typiques sont : Cordero (de l’agneau cuît très lentement au feu de bois), le centolla (crabe royale que l’on trouve uniquement en Alaska et ici même), le merluza negra (poisson très tendre que j’ai adoré). Il existe également un vin et une bière de Patagonie. Dans cette région de l’Argentine, il n’existe aucune agriculture, ainsi les fruits et légumes sont importés.

UshuaÏa, réputée pour être la ville de la « fin du monde » et plus australe au monde. Ca c’est pour le côté marketing car en réalité ce n’est pas exactement le cas. En effet, c’est une ville chilienne qui détient ce record, « Puerto Williams ». Si on est tatillon, il existe aussi un mini village encore plus au sud et qui s’appelle « Puerto Toro ». En face d’Ushuaïa se trouve le Cap Horn, célèbre pour sa difficulté à traverser et franchit par les plus grands navigateurs. L’Antarctique se situe à seulement 1000km et il existe d’ailleurs des croisières afin d’y accéder (14800$).

Ici, je suis définitivement dans mon élément, c’est tout ce que j’adore ! Un rêve, vraiment ! Après l’Alaska dans les régions boréales, me voici à l’opposé dans les régions australes.

Pour ma première journée ici, je choisi de parti en mer à bord d’un catamaran. Au programme, visite de « Faro les eclaireurs », « Isla Lobos » , « Isla Pajaros » et faisons même une petite marche sur l’une des îles. C’est vraiment grandiose en plus la météo est avec moi. J’ai pu voir différentes espèces d’oiseaux, des phoques, pingouins, lions de mer et des paysages merveilleux. Cette fois ça y est, je vis mon rêve et je me régale !

L’après midi je fais une randonnée sur le « Glaciar Martial », rien de bien méchant, seulement 6 km allez retour et 400m de denivelé. Devant moi un magnifique panorame de la baie d’Ushuaïa et derrière moi un glacier, que demander de plus !

Aujourd’hui départ pour le « Parque Nacional Tierra del Fuego ». La plupart des sentiers sont encore fermé comme nous sommes qu’au début du printemps et qu’il y a encore beaucoup de neige. Ainsi, je peux uniquement faire les randonnées « Paseo de la Isla » et « Hito XXIV Trail ». La première est une randonnée très facile et la deuxième d’un niveau moyen avec 7 km allez retour. Je suis vraiment chanceux avec la météo car il fait encore une fois super beau aujourd’hui ce qui est rare dans ce coin du monde. J’ai bien aimé ma journée dans le parc, les paysages sont vraiment beau et on peut observer de belles variétés d’oiseaux.

Et me voilà encore parti pour une randonnée, direction la « Laguna Esmeralda ». Le parcours est plus facile et relativement plat pour une distance de 9 km allez retour. On passe par différents environnements, bosquets, plaines, lacs, montagnes et neiges. Malheureusement la lagune est encore gelée et donc impossible de voir les magnifiques couleurs que l’on voit sur les photos. C’est pas grave, je me contente des paysages autour de moi et c’est déjà super beau. Un gros problème ici et dans la région en général, c’est l’invasion des castors. Ces derniers viennent du Canada et sont un vrai fléau. En effet, ils dévastent la faune et la flore, un vrai désastre écologique qu’essaye de combattre la ville d’Ushuaïa.

Puerto Natales – Torres del Paine

Je me dirige dorénavant vers Puerto Natales en Patagonie côté Chili. Je me rapproche enfin d’un de mes rêves, le parc « Torres del Paine » où l’on peut faire un trek. Ce parc est très réputé dans le monde du trekking.

Deux possibilités, le circuit « W » ou le « O », ce dernier étant encore fermé, je me tourne vers le « W ». La particularité de ce parc est qu’il faut réserver l’ensemble des nuits à l’avance (auberge ou camping) et mieux vaut si prendre très tôt à l’avance. Etant en début de saison, l’afflux touristique n’est pas encore là, j’ai donc réservé mes nuits très facilement quelques jours avant. En pleine saison, il faut réserver les campements jusqu’à six mois en avance. Le trek se fait de la façon que l’on souhaite, d’est en ouest ou l’inverse, en 3,4,5 jours ou même plus, la seule obligation est d’avoir réservé l’ensemble des nuits.

Mon programme sera le trek « W » d’est en ouest organisé de la façon suivante :

  • Jour 1 : Arrivé l’après midi dans le parc, ballade jusqu’au lac Nordenskjöld, nuit au refuge central
  • Jour 2 : Rando « Las Torres », nuit au refuge central
  • Jour 3 : Rando le long du lac Nordenskjöld, nuit au refuge francès
  • Jour 4 : Rando vallée de francès et mirador britanico, nuit au refuge « Paine Grande »
  • Jour 5 : Rando jusqu’au glacier grey et retour à Puerto Natales

5 jours et 4 nuits afin de bien profiter du parc mais comme expliqué précédemment, c’est ajustable selon ses envies ou budget. Pour une fois je décide de prendre tout mon temps lors des randos et je met de côté le challenge sportif afin de profiter un maximum de la nature.

Dès mon arrivé en bus, lorsque nous entrons dans le parc et pouvons admirer la chaîne de montagne dominant le lac, j’ai des frissons ! Cette fois çi, ça y est, Torres del Paine est face à moi. Sur la route, on peut voir de nombreux Guacanos, un animal de la famille du lama qui habite la région.

Jour 1 :

J’arrive au parc vers 17h, le temps de récupérer ma tente et mon duvet et me voilà installé. Ni une ni deux, je vais visiter les alentours et me rends jusqu’au lac Nordenskjöld. J’ai déjà croisé de nombreuses espèces d’oiseaux et des chevaux du parc qui profite de ce magnifique environnement. Le soir je partage mon repas avec des anglais et je passe ma première nuit sous ma tente. J’adore dormir en tente, on se sent vraiment au plus proche de la nature.

Jour 2 ;

Aujourd’hui première randonnée avec un anglais rencontré la veille au soir. Au programme 20km allez-retour et 800m de dénivelé. C’est la rando la plus connue du parc « Las Torres » qui est possible de faire à la journée sans forcément faire le trek. Ces trois « tours » culminent à plus de 2000m, un phénomène géologique unique au monde. La rando est très sympa, différents paysages et environnement, génial ! On a dû s’armer de patience afin de voir les torres car elles avaient la tête dans les nuages à notre arrivée. Mais quelques heures après, elles se dévoilent enfin et le spectacle est magique. Le soir, retour au refuge central pour ma deuxième nuit.

Jour 3 :

Ce matin je suis parti très tard du refuge car j’ai beaucoup sympathisé avec des employés, je vais pouvoir prendre mon temps et profiter du parcours pour moi car je suis le dernier à partir. Cette randonnée fait 17 km avec 500m de dénivelé longeant le lac Nordenskjöld. Les paysages le long du lac sont vraiment magnifique et très variés. Ce lac est gigantesque et tellement beau ! J’aime beaucoup la flore du parc également par exemple les arbres sont très intéressants. Le soir, je dors au camping francès et je mange avec un autre couple d’anglais.

Jour 4 :

Direction la vallée francès et le mirador britanico. Du campement francès jusqu’au refuge Paine Grande en passant par le mirador il y a 20km avec 720m de dénivelé. Une magnifique randonnée encore aujourd’hui avec des décors fabuleux ! Ce parc est vraiment impressionnant. Et en plus, j’ai la chance d’avoir la météo de mon côté, chose rare ici. Appart quelques fortes rafales de vent (typique dans cette région de la Patagonie), grand soleil. Le soir, je passe la nuit au refuge « Paine Grande » pour ma dernière nuit.

Jour 5 ;

Pour mon dernier jour, je m’en vais en direction du glacier grey. L’aller retour représente 23 km avec 800m de dénivelé. Et là, encore une fois, les paysages sont à couper le souffle ! On peut voir des icebergs dans le lac provenant du glacier. Puis on se rapproche du glacier jusqu’à un mirador qui s’arrête juste devant ce dernier. Encore une magnifique randonnée avec à l’arrivée un joli glacier.

El Calafate – Perito Moreno

Après le passage par la frontière terrestre, me voilà de nouveau en Argentine pour rejoindre la ville de El Calafate. D’ici, nous sommes dans le parc national des glaciers de Patagonie et le plus connu d’entre eux est le fameux Perito Moreno qui se situe à 80km de El Calafate.

Je loge dans une colloc d’argentins qui viennent pour la plupart de Buenos Aires et qui ont fuit la grande ville pour plus de tranquillité. De belles rencontres ! J’aime bien El Calafate, c’est super tranquille et on peut se promener le long du lago argentina qui est gigantesque. Mes collocs m’ont aussi proposés une rando, le « Cerro Torre », un sentier de 13 km et 700m de denivelé qui offre une belle vue sur El Calafate, le lac et la chaîne de montagne. De là haut, on peut même voir la pointe du Fitz Roy et du Cerro Torre de El Chalten.

Et puis j’ai fait un passage oblige au Perito Moreno ! Ce glacier est vraiment incroyable…70m de haut pour 254km carré (plus grand que Buenos Aires) de superficie. On peut même entendre le glacier craqué et voir des blocs de glace se détacher, impressionnant ! Sûrement le plus beau glacier que j’ai vu.

El Chalten

Après quelques heures de bus, me voilà à El Chalten, connu pour être la capitale du trekking en Argentine, le terrain de jeu parfait pour moi.

Ici le vent souffle très fort et la météo est très changeante mais j’ai relativement été chanceux. C’est ici que se trouve le fameux « Fitz Roy », une magnifique montagne qui domine le village. Le sommet du Fitz Roy est aussi appelé Cerro Chaltén, ces deux noms venant respectivement de l’explorateur Francisco P. Moreno, et de la tradition Tehuelche.

Le nom de Chaltén pourrait aussi signifier « montagne qui fume » dans cette même langue, et ferait allusion aux nuages presque toujours accrochés à la cime du Fitz Roy. Les indiens aurait pris ces nuages pour de la fumée, tout comme les premiers explorateurs occidentaux qui considéraient le Fitz Roy comme un volcan, jusqu’en 1902.

Ici je passe 4 jours et je fais des randonnées tous les jours. Cette endroit est magnifique également, j’ai vraiment bien aimé.

Jour 1 : Randonnée Laguna torre : 18km allez-retour et 412m de denivelé

Jour 2 : Fitz Roy – Laguna Madre y hija – Laguna Torre, distance de 27km et 1060m de denivelé

Jour 3 : Lloma Del Pliegue Tumbado pour une distance de 21km et 1200m de denivelé. Ma rando préférée de la région.

Jour 4 : Laguna Torre (pour la deuxième fois mais cette fois-ci en courant), 18km et 412m de denivelé.

Buenos Aires

Je finis mon séjour en Argentine par la capitale de Buenos Aires, en effet mon avion pour la Nouvelle Zélande décolle d’ici. Quelques jours sont clairement pas suffisant pour profiter un maximum de cette ville mais j’ai quand même eu l’occasion de visiter certains endroits.

J’ai logé dans le quartier de Balvanera près de la très connue rue commercante « Once », loin des quartiers touristiques.

A Buenos Aires, j’ai pu visiter les quartiers de « La Boca » (siège du stade de foot de l’équipe de la boca), « Palermo », « Plaza Mayo », « Recoleta » (où il faut visiter le cimetière), Puerto Madero, la reserve écologique et « San Telmo ».

J’ai beaucoup aimé cette capitale, je pense que c’est même ma favorite que j’ai pu visiter en Amérique du Sud. La ville s’est inspiré de Paris et Madrid et ça se ressent clairement dans l’architecture.

Les incontournables à Buenos Aires sont : « puente de la mujer » pour assister au couché de soleil, « Caminito » dans le quartier de la Boca, « El Ateneo » une librairie gigantesque, la fiera de San Telmo (un marché le dimanche).

Il faut aussi goûter aux fameux « Alfajor » dans les chaînes « Havana », c’est une légion en Argentine. On peut aussi prendre une glace à « Freddo’s Ice Cream » et il faut essayer tous les produits à base de dulce de leche, un délice ! Le dulce de leche, c’est un peu comme le nutella d’Argentine, c’est une pâte à tartiner dont tout le monde est addict. Et j’ai très vite compris pourquoi, une fois qu’on l’a essayé c’est l’adopté, c’est vraiment addictif.

On peut aussi assister à de nombreux spectacles de Tango à différents endroits de la ville. Et surtout, il faut absolument goûter les viandes d’argentines, l’assado et parilla qui sont réputés dans le monde entier.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s