Pérou

peru flag

  • Capitale : Lima, Capitale historique et Inca : Cusco
  • Monnaie : Sol
  • Population : 31 914 989 habitants
  • Superficie : 1 285 216 km²
  • Langue : Espagnol, Quechua, Aymara
  • Activités économique : Ressources minières, agriculture, coton, canne à sucre, café, blé, riz, maïs, orge, industrie, cuivre, or, 1er producteur mondial d’argent, zinc, plomb, gaz naturel, pétrole

   Le Pérou est un pays situé à l’ouest de l’Amérique du Sud, entouré par l’Equateur, la Colombie, le Brésil, la Bolivie, le Chile et l’océan Pacifique. C’est le troisième pays plus grand pays du sous-continent.

HISTOIRE

Le Pérou fut découvert en 1527 par Francisco Pizarro et avait deux capitales, Cuzco au centre et Cajamarca au Nord (populations Yunga sur la côte, Cañaris dans le Nord, Aymara dans le Sud et Quechua,  au centre).

Le pays était gouverné par des chefs ou rois appelés Incas, ce qui était à la fois un titre et le nom d’une population. Pizarro en prit possession, au nom de « S. M. Catholique », en 1534.

En 1814, la ville de Cuzco se souleva, et les insurgés proclamèrent l’indépendance de leur pays, mais ce ne fut qu’après une lutte de dix années, et grâce à l’aide du général argentin « don J. de San Martin », de l’amiral « Cochrane » et des généraux vénézueliens « Sucre » et « Bolivar », qu’ils s’emparèrent du vice-roi « Lacerna » et chassèrent les Espagnols.

Avant l’arrivée des Européens, le Pérou formait un vaste empire qui, suivant les traditions péruviennes, avait eu pour fondateur et pour L’inca Manco-Capac, vers le commencement du XIIe siècle.

Manco Capac fonda Cuzco et y établit sa capitale. Le pouvoir des souverains incas était absolu, ils étaient à la fois rois et souverains spirituels.

Toutes les terres étaient la propriété de l’empereur, qui les répartissait entre les habitants suivant leurs besoins. Il existait une noblesse instruite et un clergé nombreux. Les professions étaient héréditaires, l’industrie et l’agriculture florissantes.

L’Espagne tira du pérou une énorme quantité d’or, d’argent et de métaux précieux.

Le général argentin San Martin, qui avait renversé la domination espagnole au Chili, occupa Lima en 1821 et proclama l’indépendance du Pérou, qui fut consolidée en 1824 par les victoires de Bolivar à Junin, et de Sucre à Ayacucho.

Mais ce pays, à peine libre et indépendant de sa métropole, devint le théâtre de controverses qui amenèrent, en 1825, sa scission en deux républiques séparées, celle du Haut-Pérou, qui prit le nom de Bolivie, et celle du Bas-Pérou, qui conserva le nom de république du Pérou.

J’ai adoré mon séjour au Pérou, entre l’histoire, les différentes cultures, l’ambiance latine, les montagnes, la nature et des paysages à couper le souffle, ce pays est merveilleux ! Mon seul regret, c’est de ne pas y être resté assez longtemps car durant ce voyage, j’ai enchaîné sur la Bolivie puis le nord du Chilie, et le tout en un mois et demi.

Lima

Je ne suis resté qu’une seule journée à Lima pour ensuite aller vers Cusco. Néanmoins, j’ai réussi à visiter différentes parties de la capitale du Pérou. Mon accueil dans mon auberge c’est aussi très bien passé, les péruviens m’ont accueillis comme un roi !

Pour mes premiers pas à Lima, j’ai décidé de me rendre dans le centre historique de bon matin. J’ai d’abord visité des églises dont la célèbre « San Francisco Church » où j’ai même visité les catacombes et le couvent.

Sur la « Plaza de Arma », j’ai assisté à une parade avec des costumes et chansons traditionnelles, me voilà plongé dans la culture péruvienne.

À Lima, j’ai aussi visité le quartier de « Miraflores » situé près de l’océan pacifique et disposant d’une belle plage. J’ai particulièrement aimé me ballader ici en début de soirée et assister à de nombreux danseurs, de tous âges, dansant la salsa.

Je loges dans le quartier de « Barrenco », c’est un très bel endroit avec une architecture latine et il y a d’inombrables restaurants et bars où l’on peut découvrir la gastronomie péruvienne. Comme le « Ceviche », « Llomo Saltado », « Pico », le « Cochon d’Inde » et même de l' »Alpaga ».

Côté musique, le Pérou est connu pour le « Festejo » et « Criolla » et on danse particulièrement la salsa et marinera.

Cusco

De Lima, je prends un avion pour me diriger vers Cusco, l’ancienne capitale Inca. Cusco culmine à 3400m d’altitude et c’est la première fois que je vais aussi haut.

Quelques heures après mon arrivée, je commence à goûter aux joies du mal de l’altitude ou encore appelé « soroche » en quechua. C’est dingue comme on se sent tout à coup complétement impuissant face à mère-nature (ou pachamama en amérique du sud), souffle coupé au moindre effort, importante fatigue, des migraines puissantes et interminables et même la diarhée. Mon passage du niveau de la mer à Lima à 3400m d’altitude à Cusco s’est fait trop brutalement et je n’ai clairement pas eu le temps de m’acclimater.

Apart ça, Cusco est vraiment grandiose ! C’est le mot, je suis un vrai fan de cet endroit sur terre. L’atmosphère et architecture de la ville nous plonge dans une ambiance unique au monde. Toutes les maisons sont blanches avec des toits en tuile orange et les routes sont composées de pavés.

Ici, on peut visiter la « Catedral San Francisco » qui règne sur la « Plaza de Arma », centre névralgique de la ville. Un détour par le marché local est un incontournable également et à ce sujet, je recommande d’aller plus loin que le marché à « touriste » et de continuer quelques rues plus loin pour être dans le marché des locaux, dépaysement garanti !

J’ai aussi visité le Musée « Inka », le musée d' »Art pre-colombien » et le couvent « Santa Catalina ».

Je me répète mais cette ville est vraiment magnifique et j’ai adoré y séjourner (apart mes désagréments avec le mal de l’altitude). Après 2 jours, je suis parti faire le trek de « Salkantay » pendant 4 jours qui finit par la visite du Macchu Picchu.

Salkantay Trek

Le « Salkantay Trek » est un célèbre trek et une alternative à « L’Inca Trail » qui va jusqu’au Machu Picchu. C’est un trek d’une durée de 4 jours où l’on dors au pied du « Salkantay » un sommet qui culmine à 6271m, nous autres marchons uniquement jusqu’au « Salkantay Pass » qui est à 4600m.

Notre guide est Freddy et dans mon groupe je rencontre plusieurs personnes, Vincent, Carson, Taylor, Lauren, Kishan, Myraida, Paolla, Angi.. Nous venons tous d’horizons différents mais liés par les mêmes passions, la nature, le sport, l’aventure, les langues, les cultures etc…

Pour le premier jour, on rejoint le départ du trek en « collectivo » les fameux mini bus d’Amérique latine qui vous emmène pour une modique somme où vous voulez. La marche est détendue et on en profite pour s’échauffer et s’acclimater, l’objectif du jour est justement l’acclimatation avant de franchir le Salkantay Pass.

Vers midi, nous arrivons au « Sky Lodge » c’est l’endroit où nous allons passer la nuit. Des magnifiques dômes entièrement transparent ce qui permet d’observer le ciel à a la nuit tombée. Nous prenons notre déjeuner et allons rejoindre le « Humantay Lagoon », un magnifique lac avec des couleurs impressionantes.

Une première journée génial apart que j’ai encore quelques symptômes du mal de l’altitude.

Le deuxième jour, les choses sérieuses commencent et on monte jusqu’au célèbre « Salkantay Pass ». Quelques photos plus tard, nous voilà dans la descente et la météo n’est vraiment pas clémente, neige, pluie, nous sommes gelés et trempés pour le déjeuner.

Un bon repas dans le ventre et nous voilà reparti pour rejoindre cette fois-ci un environnement beaucoup plus chaud et humide, la jungle ! Aujourd’hui on aura connu tous types d’environnements en seulement une journée, nos corps sont fatigués et on ne se fait pas prier pour dormir au soir.

Pour notre troisième jour, nous resterons en basse altitude et donc je ne ressens plus le mal de l’altitude.

On marche plus de 30km mais c’est relativement plat et on rejoint au soir la ville de Agua Calientes, l’arrêt obligatoire au Pérou pour se rendre au Macchu Picchu. J’ai bien aimé cette longue promenade le long des rails qu’emprunte l’Hydro Electrica, le fameux train qui rejoint Cusco à Agua Calientes.

Le dernier jour du trek se termine en beauté pour rejoindre le spectaluraire « Macchu Picchu ». On se réveille à 4h du matin pour rejoindre une file d’attente et prendre un bus qui nous amènera à l’entrée du site.

Pour l’histoire concernant le Machu Picchu est une ancienne cité inca du XV ième siècle qui est littéralement au sommet du mont Machu Picchu et Huayna Picchu. La construction du Machu Picchu date de la période de deux grands Incas : Pachacutec Inca Yupanqui et Tupac Yupanqui Inca. Il a été abandonnée un peu plus de 100 ans plus tard, vers 1572, à la suite de la conquête espagnole. Bien que le site soit située à 80km de Cuzco, les espagnols ne l’ont jamais trouvée et n’ont jamais eu l’opportunité de le piller ou détruire.

Il a été découvert par un américain, Hiram Bingham, un professeur d’histoire de l’Amérique latine. Bingham demanda à un agriculteur local et aubergiste qui l’amena jusqu’au ruines sur le sommet du Huayna Picchu et découvrit le Machu Picchu le 24 juillet 1911.

Au retour de l’expédition sur la rivière Urubamba, Bingham envoya deux membres de l’équipe faire un peu de reconnaissance et de cartographie du site qu’il nomma “Machu Picchu” (“vieille montagne” en queshua).

En 2007, lors d’un grand vote mondial par internet, le Machu Picchu fut élu comme l’une des “sept nouvelles merveilles du monde”.

Nous visitons donc le Machu Picchu toute la matinée et l’après midi nous allons nous reposer dans les Hot Springs de Agua Calientes qui sont définitivement bien mérité après ces quatres jours de marche.

Le soir nous prenons le train et ensuite un bus jusque Cuzco et pour la petite anecdote, notre bus crève en chemin.

Arequipa

Après Cusco, je me dirige maintenant vers Arequipa et je vais rejoindre Carson, une américaine rencontré lors du trek.

On visite la ville, le couvent « Santa Catalina » (le plus grand couvent au monde), le musée de la momie (Avec une momie nommée « Juanita » qui est une jeune fille que les Inka ont sacrifiés en don à la pachamama. Elle fût découverte en 1995 par un américain) et on finit la journée avec un magnifique couché de soleil sur le « Misti » (volcan).

Une importante communauté francophone vit à Aréquipa et on comprend pourquoi ils tombent sous le charme de cette ville.

Colca Canyon

Proche de Arequipa, se trouve le « Colca Canyon« , considéré autrefois comme le canyon le plus profond du monde. Son point culminant est à 4350m d’altitude et on retrouve la rivière de Colca dans la valée.

Un mirador est aussi situé à 40km de la ville de Chivay, appelé « Cruz del Condor », d’où l’on peut admirer des condors volés.

Je pars avec un guide nommé « Andrès » pour parcourir ce canyon en 2 jours. On part d’Arequipa en bus puis on rejoint le mirador et déjeunons à Chivay.

Nous nous enfonçons dans le canyon ensuite jusqu’en début d’après midi où nous arrivons à un campement pour déjeuner. Dans l’après midi, nous traversons plusieurs villages et sommes invités par la population autochtones.

La nuit, nous campons dans les profondeurs du Canyon et les températures sont fraîches !

Réveil à 3H30 pour remonter le canyon en pleine nuit et assister au levé du soleil , le spectacle est magique. Après 6km à grimper 1500m de denivelé nous faisons une pause dans un village pour le déjeuner et prendre une bonne douche froide.

Puis nous prenons un bus pour retourner à Chivay en profitant de plusieurs arrêts sur notre chemin dont la visite d’une belle église.

De Chivay, je prends ensuite un bus pour me rendre à Puno.

Puno

Pour ma dernière journée au Pérou je me dirige vers Puno, la ville au bord du lac Titicaca, qui est le plus grand lac d’Amérique du Sud en longueur et le plus haut lac navigable du monde (3812m d’altitude).

Selon la légende, le lac est née de la culture Aymara et le premier dieu « Viracocha » a surgi de ce lac et créé le monde ainsi que toutes les civilisations des Andes.

J’ai ainsi visité le centre-ville et la Plaza de Arma de Puno. Içi l’attraction touristique principale est de visiter les îles flottantes des Uros,un peuple habitant autrefois la région. Le nom « Uros » signifiant « les gens du lac » ou « Kyotsuni » en uruquilla, leur langue natale. La particularité est qu’ils vivaient sur un archipel de 40 îles créées à base de « totora », une espèce locale de roseau. Toutes les habitations, mobilisers et embarcations étaient fabriquées à partir de ce matériau.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s